Comment aider l'enfant à jouer seul et retrouver du temps pour soi ?


enfant qui joue et ne voie pas le temps


Plus le parent sera accaparé par son enfant, moins il sera disponible pour gérer la maison et le quotidien, construire sa carrière ou simplement jouer avec lui.


Le temps est un facteur clé de la parentalité et une grande source de stress au quotidien. La liste de ce que l'on n'a pas eu le temps de faire et ...la charge mentale s'alourdit au fil des jours.


Quelque soit l'âge ou la culture, l'enfant joue et se construit par le jeu et de nombreux parents jouent avec eux pour soutenir leur développement. Pourtant, si l'enfant est totalement dépendant de l'adulte pour jouer sur ses premiers mois, cela est de moins en moins vrai par la suite ! Et progressivement l'adulte peut s'éloigner et le laisser jouer seul.



Un enfant plus zappeur?

Est-ce l'enfant qui est zappeur ou le parent?


Jouer pour l'enfant consiste à faire, refaire et rerefaire jusqu'à ce qu'il soit sûr d'avoir bien compris ce qui se passait alors que l'adulte a besoin de diversité et se lassera bien avant lui. Quand le parent joue avec lui, ce n'est pas le jeu qui l'intéresse, c'est le moment de partage avec ses parents. Et lorsque le jeu s'arrête, ce moment s'arrête avec lui.


Jouer inclue de nombreux choix: un moment, un endroit , jouer seul ou avec d'autres, choisir le jeu lui même et la manière de jouer, Si ces choix sont fait par l'enfant, il peut se concentrer longtemps sur une activité ...et laisser ainsi plus de liberté au parent.


Petit à petit, ces moments s'allongent et mis bout à bout sur la journée, ce gain de temps peut faire toute la différence dans le quotidien!

Mais la concentration est fragile et le parent doit être attentif à la protéger.



Un cadre sécurisant et sécurisé



Pour être concentré, l'enfant ne doit pas être interrompu, or plus il y a de consignes plus il sera interrompu car avant 4 ans, il ne pourra retenir qu'une seule consigne, et il faudra donc les lui rappeler.


Une fois qu'il sait se déplacer, ce n'est plus un enfant c'est un explorateur! Et c'est justement ce besoin d'exploration qui soutient la concentration de l'enfant et son autonomie dans le jeu....


L'adulte est le garant de la sécurité de l'enfant. Il doit donc maintenir un cadre et des limites qui le protégeront. Le parent construit ce cadre en fonction de ses valeurs , de son vécu et des besoins de son enfant.


Ce cadre a un impact direct sur l'autonomie de l'enfant dans le jeu:

  • trop de limites ou de consignes va étouffer son imagination et le rendre dépendant

  • des limites fluctuantes vont lui donner un sentiment d'insécurité et il aura alors besoin d'avoir le regard du parent pour chaque geste

  • trop de liberté peut également lui donner un sentiment d'insécurité et il demandera l'attention de l'adulte pour tout ...ou rester collé à lui


Et les écrans dans tout ça ?


Difficile de ne pas aborder les écrans quand on parle de jeux...


Avec plus de 36 images par seconde dans un dessin animé , des sons, des lumières, des dialogues, des histoires… le cerveau immature de l’enfant prend un électrochoc! Et malgré l'inertie sur le canapé, il se fatiguera énormément et sera particulièrement irritable par la suite.


L'écran avant 3 ans est déconseillé pour beaucoup de raisons. Une qui concerne directement le sujet évoqué dans cet article est la paralysie de l'imaginaire. Car le jeu repose intégralement sur l'imaginaire!


L'écran est souvent utilisé par l'adulte pour avoir du temps disponible , cependant comme dans le jeu dirigé par l'adulte, l'enfant devient alors dépendant d'un imaginaire qui n'est pas le sien ...


Pourtant soyons réaliste, l’écran est partout aujourd’hui et obligatoire à gérer lorsqu'il y a des fratries. Il s'agit alors d'avoir conscience , surtout avant 6 ans, que l'écran s’accompagne, se ritualise...et s'utilise avec parcimonie.



Comment et pourquoi trouver le bon cadre de jeu ??


Avec des phases d'éveil de plus en plus longues au fil des ans, le parent a de moins en moins de temps pour lui lorsque l'enfant ne sait pas jouer seul. L'enfant devient alors source de difficulté croissante et de grande fatigue nerveuse.


Pour proposer un cadre propice au jeu libre, il est essentiel de s'appuyer sur les bases du développement de l'enfant. Connaitre les risques physiques, les jeux qui répondent le mieux à leur besoins et l'aménagement des espaces en fonction de l'âge.

Plus l'environnement correspond au besoin réel de l'enfant, plus son temps de jeu s'allonge...







Auteur : Bénédicte Tricot


38 vues0 commentaire