L’été pour le jeune enfant, plaisir ou enfer?

L’été, c’est le moment de sortir, de profiter des amis, de faire le plein de vitamide D et de soleil pour pouvoir supporter les longs mois d’hiver qui suivront. Mais l’été est aussi synonyme de chaleur, de coups de soleil et de déshydratation… Nos touts petits ne souffriraient ils pas plus que ce que l’on croit de cette période estivale ?

Attention à la chaleur !

REGULATION DE LA TEMPERATURE

Des changements de températures épuisants

Durant ses deux premiers mois, l’immaturité thermique du bébé est totale et il ne sait pas réguler sa température. Et à ce titre, l’été ou l’hiver, affronter les températures extérieures lui prend une énergie considérable!

En effet, la « thermogénèse » se fait au niveau du cerveau. Or, l’hypothalamus (la partie du cerveau où justement est située la glande responsable de la régulation thermique) n’entre pas en fonction avant plusieurs mois. De plus, la peau du bébé est fine et la surface cutanée chez le tout petit est très développée par rapport à son poids (trois fois plus que pour un adulte). Cela augmente considérablement les échanges thermiques avec l’environnement et le rend beaucoup plus sensible aux températures extérieures. Le froid comme le chaud . Climakid.com

Comment l’aider?

Cela signifie que le jeune enfant aura tendance à avoir de la température quand il est au chaud et perdre de la température quand il fait froid.

Du coup, quand il passe de l’extérieur à l’intérieur et vice versa, c’est plutôt difficile pour lui et cela lui demande énormément d’énergie!

En plus concret: le shopping avec bébé est difficile pour lui et il le fait souvent savoir à grand cri. Eté comme hiver en faisant les magasins, le tout petit passe sans cesse du chaud au froid… et s’y épuise, même en restant immobile dans la poussette.

Il ne faut donc pas remettre à plus tard le fait de le découvrir ou de le couvrir en entrant dans un magasin et lui donner à boire régulièrement. Il y gagnera en confort…et vous laissera (s’il n’a pas d’autres inconfort comme le bruit, la lumière vive etc.) aller jusqu’au bout de votre mission d’approvisionnement.

Bref, il a besoin qu’on le protège en palliant ses immaturités par des aides extérieures .

A tout âge il communique son mal-être

pleurs pourquoi

La chaleur est source de souffrance pour le jeune enfant. S’il a trop chaud, il ne se sentira pas bien. Et vous alertera par ses pleurs.

Cependant, gardons en tête que le tout petit vit au moment présent ! Il attendra donc d’être au bout du bout de ses capacités de résistance pour alerter l’adulte. Il n’est pas en capacité de dire ou de penser « je crois que je vais me sentir mal dans peu de temps ». Il pourra juste dire « j’ai mal » ou « ouinnn » selon son âge.

Donc une fois qu’il crie c’est qu’il est en souffrance. Inutile de lui demander d’attendre (surtout avant 2 ans) , il ne pourra pas,. La partie émotionnelle de son cerveau a pris le dessus et il vous alerte. Il ne pourra être raisonné. Il arrêtera de pleurer quand il aura eu ce qui lui est vital : être découvert, boire, manger pour reprendre de l’énergie etc.

Le soleil, un faux ami !

Soleil faux ami plage

Si ses rayons fixent la vitamine D, n’oublions pas qu’ils font beaucoup de dégâts aussi !Et les touts petits y sont particulièrement sensibles!

En effet, avant l’âge d’un an, les bébés n’ont pas du tout de défenses face au soleil. Leur « système mélanocytaire » encore immature, laissent passer quantité d’ UVA et UVB qui agressent les couches basales de l’épiderme.

Soyons vigilent, exposer son enfant aux UV sans le protéger peut provoquer notamment des coups de soleil, des réactions allergiques, et à plus long terme, peut favoriser le développement de cancers.Tee shirt, crème solaire, parasol, tout est bon pour que vous soyez son super héros plus tard.

Dans l’âge d’opposition, il peut arriver qu’il refuse de mettre la crème ou le chapeau et que cela devienne un sacré challenge, voir une course poursuite. Le plus simple est de montrer l’exemple et mettant aussi un chapeau et de créer un « rituel soleil ». En expliquant les étapes à l’enfant, il ne sera alors pas surpris par ce temps de préparation et l’acceptera comme faisant partie de la sortie.

Par exemple, pour sortir se balader, mettre la crème, les lunettes, le chapeau, prendre le biberon d’eau et hop dans la poussette. Il peut aller chercher tout le matériel tout seul , et sera ravi de chaque étape…

Quels besoins en eau a le jeune enfant ?

boire de leau

Le besoin de boire … de l’eau

De 6 à 12 mois, les bébés boivent jusqu’à 1 Litre d’eau par jour et c’est bien sûr vital pour lui, comme pour nous, voir plus que pour nous puisque son corps est composé de 75% d’eau, 60% pour le corps adulte. Donc il faut lui proposer de l’eau régulièrement dans la journée, surtout par forte chaleur (l’été ou en maison trop chauffée l’hiver…)

Lui proposer de l’eau SANS RIEN Y AJOUTER. S’il ne boit pas ? Pas de soucis, c’est qu’il n’a pas soif…En ajoutant du sucre ou d’autres choses, il boira par gourmandise et non par soif . Et le sucre augmente considérablement les risques de carries et d’obésité.

Quelle eau je lui donne?

Pas trop minéralisée pour ne pas abîmer les reins du nourrisson

Voici un rappel : Eau de source, eau du robinet, eau minérale, quelle différence ?

  1. Eau du robinet ( déconseillée avant 12 mois) : constituée d’eaux de surface traitées (rivières, lacs, fleuves etc.)

  2. Eau de source et eau minérales : eau d’origine souterraine, contrôle strict, pas de traitement.

  3. Eau minérale : composition en minéraux et oligoéléments stables

Et si bébé est allaité?

Avant 6 mois, il est préférable de proposer des tétées plus fréquentes en cas de fortes chaleurs ou de chauffage excessif.

Il vaut mieux attendre ses 6 mois avant de lui proposer de l’eau. Là aussi, si l’enfant n’en veut pas, ce n’est pas qu’il n’aime pas le goût, mais qu’il n’a pas soif …ou qu’il ne veut pas la tétine. Dans ce cas proposer un bec verseur plutôt que le bib peut vous aider à l’hydrater , ou la cuillère pour les parents patients.

Des jeux qui rafraichissent :

Par forte chaleur, user et abuser des jeux d’eau !!

Il n’y a pas que les piscines ou les vastes étendues d’eau qu’il aime quand il fait chaud:

  1. une bassine et quelques jeux dedans (légos, gants, voiture, playmobile, etc…) Avec une eau pas trop froide pour éviter les coups de froids (puisque je vous le rappelle, il ne régule pas sa température! ).

  2. un brumisateur,

  3. des gouttes d’eau jaillissant d’une bouteille trouée (système D infaillible)

  4. ou encore pourquoi ne pas laisser la fibre artistique de l’enfant s’exprimer ? Un saut d’eau avec un pinceau neuf (ou très très propre) permet de faire de très belles traces sur les crépis extérieurs . L’eau dégouline sur les pieds et ce n’est pas rare de terminer en se passant le pinceau sur tout le corps ou de faire une bataille d’eau avec les gouttes du pinceau

Astuce pour les jeux de bassine ou les mini-piscines:

Pour éviter de se prendre la tête avec le ou les enfant (s) pendant le jeu , réfléchissez aux limites que vous voulez appliquer, anticipez les réactions de l’enfant:

  1. Il voudra par exemple forcément boire l’eau de la piscine. Si vous ne le souhaitez pas (pour diverses raisons), rappelez le lui régulièrement. Et surtout, laisser lui un biberon à disposition pour qu’il s’hydrate aussi souvent qu’il le souhaite.

  2. Avec des gobelets , il va vider la piscine ou la bassine à grande vitesse . Pour ma part, je m’organise en prévoyant une réserve d’eau accessible de suite (pour ne surtout pas le laisser seul !) et le laisse jouer avec des contenant petits (cuillères, dînettes, gants etc.)

L’été, le moment idéal pour l’acquisition de la propreté.

Le moment idéal, oui mais pour qui?

C’est ce qu’on dit et c’est vrai pour le coté pratique, puisque le tout petit peut se promener sans couche dans le jardin sans risquer de s’enrhumer.

Seul l’enfant pourra vous dire si c’est SON moment idéal! L’acquisition de la propreté étant une question de « grandir » ou « rester bébé ». Il pourra être prêt physiquement, mais ne franchira pas le pas de suite. Le « forcer » pourra le bloquer dans ses apprentissages.

Quand la demande vient de l’enfant lui-même (il ne veut plus la couche , parle beaucoup de pipi et caca, ou s’intéresse au pots et/ou aux toilettes), alors l’été est réellement le moment idéal pour l’apprentissage de la propreté .

Des jeux de transvasement pour s’entraîner au dedans dehors

Ceci dit, l’été est idéal pour l’aider à franchir ce nouveau cap avec lui. Les jeux d’eau et transvasement en tout sens étant particulièrement instructif. Il faut en profiter. s’il est dans l’acquisition de la propreté, il apprend le dedans/dehors, le contenant/contenu ces notions étant en lien direct avec l’apprentissage de la propreté. en effet, n’est ce pas là aussi une question de dehors/ dedans du corps ?

Auteur : Bénédicte Tricot

A lire aussi : proprete-comment-accompagner-mon-enfant/ et vacances-pourquoi-mon-enfant-est-il-plus-agite/

#développement #Prévention #chaleur #été #éducation

4 vues0 commentaire