La confiance en soi, un atout pour votre enfant

La confiance en soi, première marche vers le futur adulte épanoui, est-elle gage de réussite de l’enfant? Si la confiance en soi ne fait pas tout, admettons qu’elle y contribue fortement !

Pourquoi l’estime de soi est-elle différente d’un enfant à l’autre ? Comment construire la confiance en soi ? Que faire quand elle est mise à mal (handicap, échec, etc…) ?

La confiance en soi, un besoin vital

confiance en soi reussite

Pourquoi la confiance en soi est-elle si essentielle pour l’avenir de l’enfant ?

Lorsque l’on a confiance en soi, la peur de l’échec n’existe pas . Cela ne veut pas dire que l’on réussit tout, mais que le fait de ne pas réussir est associé à une expérience enrichissante…qui permettra alors de s’améliorer pour le prochain essai. C’est la base même de l’autonomie : apprendre par l’expérience et c’est le terrain idéal de tous les apprentissages futurs.

Avoir confiance en soi, c’est aussi avoir confiance en ses propres opinions et donc être moins influençable. Cela lui sera très utile à l’école, au collège plus tard puis toute sa vie! Pourtant l’estime de soi se construit dès la petite enfance …

Avec la confiance en soi, il est plus facile d’exprimer son ressenti et ses émotions puisque l’enfant se sent alors légitime . Ayant lui-même été respecté dans ses opinions, il reproduit alors cette façon de communiquer : positive et ouverte . Cela facilitera son rapport aux autres et donc sa sociabilisation.

D’où vient la confiance en soi ?

confiance en soi environnement

Les sources de l’estime de soi sont multiples. Il est essentiel pour l’enfant de la construire dès le plus jeune âge.

Dès sa naissance, les parents sont la première source (et la plus importante !!) d’estime de soi pour l’enfant. Et ce n’est pas si simple lorsque notre enfant ne correspond pas à l’image que l’on s’en est fait pendant la grossesse ! S’il pleure toute la journée, est peu souriant, ne dort jamais, refuse la tétée, si c’est un garçon et non une fille (ou l’inverse), s’il est porteur de handicap, etc… , il faut alors faire le deuil de « notre enfant idéal » imaginé pendant la grossesse.

Accepter l’enfant tel qu’il est l’aidera à s’accepter lui-même par la suite. En effet, avant 10 ans, l’enfant croit tout ce que lui dit l’adulte …donc il croira aussi l’image que l’adulte renverra de lui même. Dès lors, les phrases assassines telles que « tu es nul » ou « tu ne sais rien faire » sont à exclure sinon il le croira et se découragera avant même de commencer la tâche demandée.

La deuxième source d’estime de soi est l’environnement auquel il est confronté dans sa vie : les professionnelles de la petite enfance, les enseignants, les autres enfants . Cependant si ses parents le soutiennent et l’écoutent, il sera alors mieux armé pour affronter toutes les difficultés .

Confiance en soi et enfants différents

confiance en soi enfant different aveugle

L’estime de soi se construit avec les expériences positives. Alors qu’en est-il quand les expériences sont sources d’échecs à répétition, quand le simple fait de se déplacer, de parler, de comprendre les autres ou de lire est plus difficile (voire impossible) pour l’enfant porteur de handicap ?

Pour ces enfants, il est encore plus primordial d’adapter le challenge à leurs capacités. Car oui. Tous ont des capacités , chacun à son niveau. Un progrès même tout petit peut alors être fêté et l’amener à ressentir ce sentiment de fierté si indispensable à l’estime de soi.

En fêtant ses progrès, vous lui montrez que vous l’acceptez tel qu’il est, que sa personne a de la valeur. Même s’il est différent des autres enfants, il voit que lui aussi progresse. Il a conscience de ses différences, et se construit une juste perception de lui-même. Cette juste perception de lui-même l’aidera dans son apprentissage, car sans cela, les émotions prennent le dessus (frustrations, colère, tristesse…) . Or lors des débordements émotionnels : le cerveau n’a plus accès à la logique et à l’apprentissage !

Comment soutenir la confiance en soi?

confiance en soi conditions

Je le répète : en tant que parent, nous avons un rôle irremplaçable à jouer dans la construction de la confiance en soi de nos enfants. Voici quelques points à retenir pour l’accompagner au mieux :

A travers leur crises d’opposition et leurs discours, les enfants construisent leur capacité à raisonner et testent l’impact qu’ils ont sur le monde. En les écoutant et les aidant à se décider, le cerveau se développe.

Petite astuce: vous gagnerez un temps considérable en proposant des choix aux enfants qui s’opposent. Exemple : « tu t’assois ici ou là ? ». Attention : Donner deux choix maximum. Un choix plus large est très stressant avant 6 ans … « choisis ta place » ne convient donc pas.

En tant que parent, acceptons que notre enfant ne réussisse pas ce qu’on lui demande. Notre époque aime les normes … pourtant chaque enfant apprend à son rythme.

Astuce : en découpant sa mission en plusieurs étapes, il réussira certaines choses et cela lui donnera envie de continuer l’étape d’après…et donc de progresser .

Soutenir ses phases d’apprentissage et le laisser choisir ses centres d’intérêt. La surstimulation peut amener une perte de confiance chez l’enfant si l’enfant est mis en situation d’échec (l’activité proposée est trop dure par rapport à ses propres capacités). Astuce : stimuler l’enfant peut aussi se faire par le fait de lui créer un environnement! Il pourra découvrir , explorer à sa guise. ( Cf article « le rôle de l’adulte dans le jeu de l’enfant »)

Finalement, construire la confiance en soi de l’enfant , n’est-ce pas aussi se questionner sur notre bienveillance, notre capacité d’écoute et notre ouverture d’esprit face à la différence ?

Auteur : Bénédicte Tricot

A lire aussi : https://cogivia.fr/phase-dopposition-pourquoi-lenfant-dit-non/ et proposer-des-activites-comment-je-fais/

#besoin #confiance #expérimentation #exploration

0 vue0 commentaire